Alternatifs du Gard
Solidarité - Écologie - Féminisme - Autogestion

Accueil > luttes > HOPITAL, SILENCE : ON DESTRUCTURE !

HOPITAL, SILENCE : ON DESTRUCTURE !

dimanche 12 octobre 2008, par Jean-Louis FIOLE

Les Alternatifs expriment leur totale opposition au projet de Loi « 
hôpital, patients, santé, territoire » porté par Roselyne Bachelot,
Ministre de la Santé. Ce projet s’inscrit dans une longue filiation de
réformes hospitalières qui depuis des années conduisent progressivement
l’hôpital public à l’impasse. Après l’instauration de la tarification à
l’activité, aujourd’hui en voie de généralisation à la quasi totalité des
ressources des hôpitaux ; après la mise en oeuvre d’une soit-disant « 
nouvelle gouvernance » qui se caractérise par l’introduction de règles de
gestion d’entreprise à l’hôpital ainsi que par la perte de substance des
Conseils d’Administration au profit des technocraties hospitalière, le
projet de Loi « HPST » est le point d’orgue d’une évolution qui menace
notre système public de santé.

Son adoption se traduirait à brève échéance par un mouvement de
concentration d’établissements et de services au détriment des intérêts de
la population. Si les hôpitaux de proximité sont les plus directement
visés, les grands centres ne sont pas à l’abri de la politique délibérée
de restriction de l’offre publique de soins du pouvoir. Ce sont les
missions de service public de l’hôpital qui sont remises en causes.
Derrière l’encouragement à des partenariats public/privé, cette politique
n’a d’autre finalité que de favoriser les intérêts mercantiles dans le
domaine de la santé. A terme, il y a un vrai risque de privatisation de
notre système public de soins.

Pour les Alternatifs, notre système de santé et de protection sociale est
à refonder. Il faut réaffirmer concrètement le principe de solidarité
nationale, en particulier en matière de financement des dépenses sociales
et de santé. Au delà, c’est une véritable politique de prévention qu’il
faut promouvoir, notamment pour les causes environnementales des
affections et les risques professionnels. Une telle refondation ne fera
pas l’économie d’une réflexion approfondie associant étroitement les
populations, les Collectivités, les professionnels de santé, en
particulier les personnels hospitaliers et leurs syndicats. Les questions
à mettre en débat portent sur l’égal accès de tous à des soins de qualité,
sur l’équilibre des territoires et donc sur de véritables complémentarités
entre hôpitaux de proximité et centres de référence, sur la répartition
territoriale des professionnels de santé, sur la fin du paiement à
l’acte... Il faut sortir le système de santé de la logique de
marchandisation.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Realisation Gilles Quiniou formation assistance informatique
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL